Archive pour septembre 2011

Alleluia 10-11 Septembre

Les offices de la semaine à Apt :

 

Samedi 10 Septembre. Saint Aubert  à 16h Baptême de Kisley SOLAN .Messe à 18h30 à la cathédrale.

Dimanche 11 Septembre : 24eme dimanche du temps ordinaire .  Messe à 10h.30 à la cathédrale  aux intentions d’André PERRET. Pendant la messe Baptême de Dorian JOURDE.  A 11h30 Baptême de Luna VILLEMUS et Lola CHAISSE–LARAPIDIE

Lundi 12 Septembre. Saint Guy d’Anderlecht . Messe à 18h.30 à N.D. de la Garde.

Mardi 13 Septembre. Saint Aimé Messe à 18h30 à la cathédrale.  

Mercredi  14 Septembre..Saint Gabriel- Taurin DufresseMesse à 18h.30 à la cathédrale.

Jeudi 15 Septembre . Sainte Catherine de Gênes

Vendredi 16 Septembre Saint Vital.  Messe à 15h30 à l’hôpital à 16h mariage de Céline CARLI et Bertrand MARCHAL

Samedi 17 Septembre  Sainte Hildegarde de Bingen.14h30 Baptême de Soline QUESTROY. Messe à la cathédrale à 18h30

Dimanche 18 Septembret: 25° Dimanche de temps ordinaire.  Messe à la cathédrale à 10h30.Baptême de Léana CALANDRA à 11h30

 

 

                                    Ils nous ont quittés cette semaine

                                                 Notre prière les accompagne

                          

                                         Maurice BARTHET

                                                            Elise PORTALIS

Les réunions du mouvement Chrétiens des retraités reprennent cette semaine avec le rassemblement diocésain mardi 13 à notre dame de lumières et à partir du mois d’Octobre tous les 3eme mercredi du mois à 14h30 au presbytère

 

 

 

 

Le Mois de Septembre à Lumières

Samedi 10 et dimanche 11 : fête de la Nativité de Marie

  Mardi 13 : Mouvement Chrétien des Retraités. Rassemblement

diocésain pour le Sud du département

Mardi 13 : reprise des groupes Bible à 15h et 20h. Thème :

les Actes des Apôtres.

Samedi 17 : à 17h, dans le cadre des Journées du Patrimoine,

visite et conférence sur les ex-voto.

Dimanche 18 : conférence sur les ex-voto de Lumière à 17h30

de 11h à 19h, journée « Portes Ouvertes » au Mas de Carles.

Du 20 au 24 : pèlerinage à Lourdes du groupe Lourdes Cancer

Espérance.

Mardi 27 : groupes Bible à 15h et 20h

samedi 10 septembre

21 heures  Veillée de prière, éventuellement procession aux flambeaux,

Messe de la nativité de Marie

 dimanche 11 septembre

8 heures messe à la crypte

11 heures : messe solennelle

17 heures : concert « Sur les ailes du chant »

18h30 messe à la crypte

 

 

   

 

 

Pardonner

Il n’est pas très facile aujourd’hui de parler du pardon, surtout depuis que « impardonnable » et « imprescriptible » ont pris rang parmi les valeurs de notre société, ne serait-ce que pour en éloigner les crimes les plus odieux, ceux commis contre l’humanité. Or, une telle attitude, apparemment nécessaire au bien commun, semble profondément remise en cause par l’évangile de ce dimanche qui nous ramène au sérieux de notre prière qui, ici, a valeur de contrat passé avec Dieu : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ».

Y a-t-il contradiction ? Peut-être pas, mais seulement si nous arrivons à distinguer le dommage causé au plan mondain et ce qui affecte, dans le plan de Dieu, les relations entre les personnes. En effet, ce qui a été commis, dit, détruit, perdu, mais, quand on y réfléchit, ce qui ne nous dispensera pas de mourir, l’a été de manière irréversible et le pardon n’y changera rien. Par contre, il rétablira la relation, coupée ou malade, entre les personnes, rendant à chacune, avec la confiance retrouvée, sa capacité de créer et d’aimer.

Comme le don, le pardon suppose, pour être donné et reçu, que l’on soit au moins deux. Cependant, et c’est la différence avec le don, seul peut le recevoir celui qui, d’une manière ou d’une autre, l’a demandé, et, dans nos affaires humaines, seul peut le donner celui qui a été offensé. Telle est l’expérience humaine du salut, dont sont parfois capables des humains, à l’image du salut divin qui nous est donné en Jésus-Christ mais dont nous ne pouvons prendre conscience qu’en nous sachant pardonnés de notre péché, un pardon que nous ne devons cesser de demander et de donner à qui nous le demande, pour que puisse se révéler, en nous et pour le monde, la merveille du don de Dieu.

Jean Mallein.

 

 

 

 

 

   Bon Anniversaire au Père Eugène CARRARA qui vient de fêter ce vendredi 9 Septembre ses 70 ans.

 

Benoît ,à peine remis des belles mais épuisantes journées des JMJ à Madrid va aller visiter sa famille ses amis et son diocèse en Côte d’Ivoire. Il s’en va le 22 septembre et nous reviendra le 7 octobre. Il est de coutume lorsque l’on vient au pays d’apporter un cadeau à ses proches. C’est évidemment chaque fois un souci financier.       Vous vous demandez parfois comment manifester votre affection à Benoît qui rayonne de joie,de fraternité et de Foi,je vous propose de lui faire un petit geste  de soutien par un petit cadeau qu’il pourra emporter ou un petit billet qu’il pourra dépenser pour les siens                              Père Lucien AURARD

 

Dans un article du journal LA CROIX du 6 septembre Arnaud  SCHWARTZ nous présente le film italien « HABEMUS PAPAM »de Nanni MORETTI qui est sorti cette semaine

La succession de Saint Pierre est une trop lourde tâche. Michel PICCOLI sous la soutane ,ou les tourments  d’un cardinal qui se sent incapable de devenir pape  Les fastes d’un enterrement retransmis par toutes les télévisions. Une foule en attente, dans la prière et le recueillement. Le rituel du conclave. La proclamation tant espérée qui résonne dans les haut-parleurs de la place Saint-Pierre : « Habemus papam ! »  Soulagement. Joie. Impatience. Puis un grand cri d’effroi. Et plus rien. Un balcon désespérément vide, où aucun Souverain Pontife ne s’avance pour révéler au monde le nouveau visage de la chrétienté…Il fallait bien s’appeler Nanni Moretti (1) pour imaginer cette histoire : celle d’un cardinal (Michel Piccoli) choisi par ses pairs pour devenir le nouveau guide de l’Église, qui, au moment d’adresser son premier signe à l’assemblée de ses fidèles, s’avère incapable d’assumer cette lourde, très lourde charge. 

Il fallait bien plus encore s’appeler Nanni Moretti pour faire de cette idée – qui pourrait tout aussi bien fournir la matière d’un féroce trait anticlérical?– la base d’un récit tendre, humain, sensible, drôle et finalement assez bienveillant, centré. sur un homme qui ne se sent pas la force de répondre aux immenses espoirs qu’on place en lui.